À l’école au temps du corona

Le confinement qui a débuté le 16 mars 2020 a mis nos vies sens dessus dessous. Pendant longtemps, les enfants n’ont plus pu aller à l’école. Du jour au lendemain, les enseignants ont dû donner cours à distance, assurer des garderies d’urgence, se mettre au pré-enseignement (enseigner d’abord une matière en ligne pour la revoir ensuite plus rapidement en classe), etc. Et au mois de mai, lorsque les écoles ont pu rouvrir partiellement leurs portes, ils ont dû mettre en place les bulles, les récrés séparées, les masques et le gel hydroalcoolique. C’est peu dire que 2020 aura été une année inhabituelle.

Les CLB deviennent traceurs de contact pour les écoles

Les CLB (centres d’accompagnement des élèves) donnent priorité au traçage des contacts. Leur mission : répertorier tous les contacts de chaque personne infectée au sein de l’école. Les consultations médicales ont été reportées temporairement.

© Lander Loeckx

L’OCB encourage l’éducation urbaine

Le Centre d'enseignement bruxellois (OCB) renforce les compétences des équipes scolaires en « éducation urbaine ». Concrètement, il leur apprend à gérer des groupes d’élèves de milieux très variés, à exploiter leur multilinguisme, à tenir compte des jeunes élevés dans la pauvreté et à collaborer avec le voisinage.

 

© Digital For Youth

Les écoles et IBO accueillent les enfants pendant la crise du coronavirus

Comment aider les enfants qui ne pouvaient pas rester chez eux pendant le confinement ? Les enfants en situation familiale précaire ou dont les parents exercent des métiers essentiels ? La VGC, les écoles, les IBO (initiatives de garde d’enfants périscolaire) et les centres communautaires ont uni leurs forces pour accueillir ces jeunes. Bien sûr, ils ont veillé à respecter les consignes sévères en matière de bulles.

L’apprentissage en ligne : l’enseignement de demain

Le confinement a obligé les écoles à passer très vite aux cours à distance, organisés en ligne. Grâce aux subsides de la VGC, elles ont rapidement reçu des laptops, tablettes et tableaux numériques supplémentaires, ou un meilleur réseau wifi. L’asbl Digital For Youth a distribué 1 200 laptops, offerts par des entreprises, à des enfants défavorisés. L’asbl STARTPROjecten, quant à elle, a fait en sorte que les élèves du secondaire qui n'avaient pas de connexion internet chez eux puissent aussi participer. Enfin, l’OCB a partagé son expertise en matière d’enseignement à distance.

Des Study Spaces pour étudier à l’abri du corona

Malgré le coronavirus, les étudiants ont pu bénéficier d’un lieu tranquille pour travailler grâce aux Study Spaces offerts par Brik et la VGC. La pandémie a nécessité l’aménagement d’espaces d’étude supplémentaires, surtout pour les étudiants défavorisés de l’enseignement supérieur.

Grâce à Brik, ils ont pu passer leurs examens à distance au calme, dans des chambres pour étudiants de la résidence d’étude internationale Van Orley, située dans le centre de Bruxelles.

© Brik

« Ils se débrouillent » – comment une école a repris ses activités

Edith est chargée du soutien éducatif au Centre d'enseignement bruxellois. Après le confinement, elle a aidé une école à redémarrer ses activités.

« Ils se débrouillent, ces enseignants : ils ont dû à la fois reprendre les cours en classe, accueillir chaleureusement les élèves et continuer les cours à distance. Ils se débrouillent, ces ketjes (enfants) bruxellois : pour retourner à l’école, prendre un nouveau départ. »

Lisez aussi

Le multilinguisme à l’école

Le multilinguisme à l’école

Améliorer le néerlandais des enfants allophones, former des étudiants polyglottes et soutenir les équipes d’enseignants. La langue et le multilinguisme sont l’un des principaux thèmes d’activité du Centre d'enseignement bruxellois (OCB) de la VGC.
Le Ronde van Brussel : la parole aux écoles
© Christian Smits

Le Ronde van Brussel : la parole aux écoles

18 équipes issues d’écoles néerlandophones de Bruxelles ont réfléchi à l’avenir de l’enseignement bruxellois et ont formulé des recommandations.
Des plaines de jeux coronaproof
© Lander Loeckx

Des plaines de jeux coronaproof

En 2020, les plaines de jeux sont restées actives ! À condition de former de petites bulles et de prévoir des litres de gel hydroalcoolique, des tas de masques buccaux.
La solidarité, un atout des centres communautaires

La solidarité, un atout des centres communautaires

Lors du premier confinement, les centres communautaires ont adapté leur fonctionnement à une vitesse fulgurante. Ils ont joué un rôle central pour les partenaires locaux, les bénévoles et les autres services de la VGC, et ont apporté leur contribution à « Brussels helps » et à « Connecting Brussels ».