Premiers secours résilience

2020 aura été une année très spéciale. Notre résilience a été mise à rude épreuve. Avec les kits « Premiers secours résilience », Logo Brussel a tout fait pour la renforcer. Communes, crèches, maisons de repos, centres de services locaux, centres communautaires et écoles, tous ont reçu un kit. Badges émotion, affiches, ateliers, maximes et messages encourageants à afficher aux fenêtres, autant d’outils qui auront aidé les participants à renforcer leur résilience pendant les dix jours de la santé mentale.

Cela fait du bien de pouvoir partager ses expériences avec d’autres : se confier, c’est guérir.

 

 

Un participant à l’atelier de résilience.


La Huis voor Gezondheid (« maison de la santé ») a proposé une assistance psychologique pour les professionnels des soins de santé. Ces professionnels ont reçu des outils pour renforcer leur résilience à l’occasion de sessions gratuites individuelles ou en groupe.

 Un trajet magnifique, j’en suis ressorti beaucoup plus fort.

 

Un pharmacien

 

© LDC ADO Icarus

Lisez aussi

Services pour les personnes en situation précaire
© Kristina Tripkovic - Unsplash

Services pour les personnes en situation précaire

La pandémie de coronavirus n’épargne personne, encore moins les Bruxellois victimes de pauvreté ou d'une situation familiale difficile. Mais de nombreuses organisations travaillent d’arrache-pied pour limiter les conséquences sociales de la crise au niveau structurel.
La solidarité, un atout des centres communautaires

La solidarité, un atout des centres communautaires

Lors du premier confinement, les centres communautaires ont adapté leur fonctionnement à une vitesse fulgurante. Ils ont joué un rôle central pour les partenaires locaux, les bénévoles et les autres services de la VGC, et ont apporté leur contribution à « Brussels helps » et à « Connecting Brussels ».
Une psychothérapie accessible pour les jeunes
© Priscilla De Preez - Unsplash

Une psychothérapie accessible pour les jeunes

TEJO BXL, c’est un ensemble de services de psychothérapie accessibles aux jeunes de dix à vingt ans. Accessibles, car les jeunes peuvent se rendre gratuitement, discrètement, de manière anonyme et presque immédiatement à la maison TEJO, par exemple après l’école.
Comment Jeanine et d’autres personnes âgées ont vécu le confinement
© LDC Chambéry

Comment Jeanine et d’autres personnes âgées ont vécu le confinement

Jeanine Braham a 74 ans et fréquente assidument la maison de quartier Chambéry, à Etterbeek. Elle nous raconte son expérience du confinement.