Services pour les personnes en situation précaire

La pandémie de coronavirus n’épargne personne, encore moins les Bruxellois victimes de pauvreté ou d'une situation familiale difficile. Mais de nombreuses organisations travaillent d’arrache-pied pour limiter les conséquences sociales de la crise au niveau structurel.

Aide contre la violence intrafamiliale 

Logement exigu, perte d’emploi, télétravail difficile avec des enfants... autant de sources de stress qui peuvent favoriser la violence. C’est pourquoi le Centrum Algemeen Welzijnswerk Brussel (CAW, « centre pour le bien-être général ») a renforcé son travail autour de la violence intrafamiliale, afin que ses victimes mais aussi les assistants sociaux sachent vers qui se tourner et puissent réagir de manière appropriée à une situation d’urgence. Le CAW Brussel recueille et oriente les demandes d’aide. Le centre est joignable via un chat de groupe, des entretiens par téléphone et vidéo, et propose même de discuter lors d’une balade au parc.

© Kristina Tripkovic - Unsplash

Des services accessibles aux personnes en situation de pauvreté

Avec la crise du coronavirus, la situation des personnes pauvres a atteint un seuil critique et leurs besoins se sont amplifiés. La Brussels Platform Armoede (« plateforme de lutte contre la pauvreté ») et six associations bruxelloises de lutte contre la pauvreté ont uni leurs forces avec des personnes victimes de pauvreté afin d’abattre les obstacles auxquels celles-ci font face. Avec leurs partenaires, ces organismes réduisent la fracture numérique, contribuent au bien-être psychosocial, accueillent les personnes en situation de séjour précaire et aident les personnes précarisées à s’offrir davantage de temps libre.

Dans le quartier de Heyvaert-Cureghem, Samenlevingsopbouw Brussel a lancé un nouveau STEK, c’est-à-dire un espace où les personnes peuvent se rencontrer et apprendre, s’orienter vers des services d’aide et contribuer ensemble à l’amélioration de la protection sociale.

Lisez aussi

Soutien face à la vulnérabilité psychologique
© Youssef Nadam - Unsplash

Soutien face à la vulnérabilité psychologique

40 % des Bruxellois souffrent de problèmes psychologiques et 25 % courent un risque réel de développer une pathologie mentale.
Tous en forme !

Tous en forme !

Pendant les périodes de confinement, le Service Sport de la VGC a organisé de nombreuses activités pour vous stimuler à bouger.
Les crèches aménagent l'espace extérieur en terrain de jeu

Les crèches aménagent l'espace extérieur en terrain de jeu

Un témoignage de Anne Lambrechts, la coördinatrice de l'asbl Elmer.
Une psychothérapie accessible pour les jeunes
© Priscilla De Preez - Unsplash

Une psychothérapie accessible pour les jeunes

TEJO BXL, c’est un ensemble de services de psychothérapie accessibles aux jeunes de dix à vingt ans. Accessibles, car les jeunes peuvent se rendre gratuitement, discrètement, de manière anonyme et presque immédiatement à la maison TEJO, par exemple après l’école.